La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 

A toi qu'on appelle Dieu, Toi qui est dans les Cieux, Tu connais mon seul voeu, Juste le revoir un peu. Je te salue Marie, Le tien a réussi, A revenir à la vie, Donnes lui cette chance aussi. Puis je m'adresse aux anges, Ecoutez mes louanges, Est ce que ca vous dérange ? Si on fait un échange. Et vous le Saint-Esprit, Le roi du Paradis, Ne soyez pas surpris, Il serait mieux ici. Ou vous aussi les Saints, Observez mon chagrin, Montrez moi le chemin, Pour le rejoindre enfin. Puis me mets à prier, Le prophète Mahomet, Et la je lui promets, Ce qu'il veut je ferais. Et s'il ne reste que ca, Je supplirais Bouddha, Que ca s'arrete là, Le rejoindre là-bas. Miroir mon beau, Miroir Regarde mon desespoir, Et dis moi que ce soir, Je pourrais le revoir. Et vous tous mes amis ? Si on se réunis ? Si tous ensemble on prie ? Pitié dites moi oui.

Yves Campeau 1931 / 2010Yves Campeau 1931 / 2010Je voudrais te dire… des mots légers Aussi légers qu’une bulle de savon… Je voudrais te dire… des mots simples Aussi simples que l’eau pure d’une source... Je voudrais te dire… des mots douxAussi doux que le miel de l’abeille… Je voudrais te dire… des mots violents Aussi violents qu’un orage… Je voudrais te dire… des mots fous Aussi fous que les battements de mon cœur… Je voudrais te dire, tout simplement « Je t’aime »  ♥ ♥ ♥

Willy Tremblay
1930 / 2010Willy Tremblay 1930 / 2010Son caractère droit et la bonté
de son coeur lui gagnaient l'affection de tous ceux qui l'entouraient. Il était aimé de tous, et ceux qui l'ont connu l'ont honoré de leur estime pendant sa vie, et l'accompagnèrent de leurs regrets après sa mort. Sa mort a laissé dans nos coeurs une plaie profonde. Souvenez-vous de moi, vous du moins qui êtes mes amis, car la main du Seigneur m'a frappé. Coeur Sacré de Jésus, j'ai confiance en vous.

Jeannine Monette
Présidente 18 juin 1992 à 26 mai 1997Jeannine Monette Présidente 18 juin 1992 à 26 mai 1997Mère, tu n'es plus là! Le foyer triste et vide Conserve le reflet de ta grande bonté. Ton coeur savait si bien tout remplir de gaieté. Il semble qu'en ces lieux, ton âme encore réside. Et pourtant, dans la paix de l'immortalité, Ô grande éducatrice remplie de charité, Dieu te rappelle au banquet que son amour préside. Mère, nous garderons ton pieux souvenir. Sur notre immense deuil, notre grande souffrance, Fais luire de là-haut, un rayon d'espérance. Mère, veille sur nous, souvent viens nous bénir.

Guy Labossière Président 11 août 2003 à 8 juin 2005Guy Labossière Président 11 août 2003 à 8 juin 2005

Ton amour qui m'attend

 Ce qui se passera de l'autre côté

quand tout pour moi aura basculé dans l'éternité, je ne le sais pas. Je crois, je crois seulement qu'un AMOUR m'attend.  Je sais pourtant qu'alors il me faudra faire, pauvre et sans poids, le bilan de moi. Mais ne pensez pas que je désespère. Je crois, je crois tellement qu'un AMOUR m'attend ! Ne me parlez pas des gloires et louanges des bienheureux. Et ne me dites rien non plus des anges. Tout ce que Je peux, c'est croire, croire obstinément qu'un AMOUR m'attend. Maintenant mon heure est si proche et que dire ? Oh ! mais sourire. Ce que j'ai cru, je le croirai plus fort au pas de la mort. C'est vers un AMOUR que je marche en m'en allant ; C'est dans un AMOUR que je descends doucement. Si je meurs, ne pleurez pas ; c'est un AMOUR qui m'attend. Si j'ai peur, et pourquoi pas ? rappelez-moi simplement qu'un AMOUR, un AMOUR m'attend. Il va m'ouvrir tout entière à sa joie, à sa lumière. oui, Père, je viens à Toi dans le vent, dont on ne sait ni d'où il vient ni où il va vers ton AMOUR, ton AMOUR qui m'attend.

Lise Bouvrette
1944 / 2009Lise Bouvrette 1944 / 2009Je n’ai qu’une certitude : Ceux que j’ai aimés, ma famille, mes camarades, mes enfants, Demeurent vivants en moi. Ils guident encore mes pas.

Leur être fidèle, ce n’est pas s’enfermer dans la douleur. Il faut continuer de creuser le sillon : droit et profond. Comme ils l’auraient fait eux-mêmes. Comme on l’aurait fait avec eux, pour eux. Être fidèle à ceux qui sont morts, C’est vivre comme ils auraient vécu, c’est les faire vivre en nous, C’est transmettre leur visage, leur voix, leur message aux autres. Ainsi la vie des isparus germe sans fin. Je ne sais pas si je dois me dire croyant. Je ne puis dire : je crois en Dieu. Je ne puis dire non plus : je crois…Ce que je sais seulement, C’est que la mort ne détruit pas l’amour que l'on portait A ceux qui ne sont plus…Je le sais parce que tous les jours je vis avec les miens…Ce que je sais aussi, c’est que la vie doit avoir un sens. Ce que je sais encore, c’est que l’amour est la clé de l’existence. Ce que je sais enfin, c’est que l’amour, le bien, la fidélité et l’espoir. Triomphent finalement toujours du mal, de la mort et de la barbarie.

Tout cela, je la sais, je le crois…Dieu est-il au creux de ces certitudes ? Je ne sais pas… Je cherche… 

 

 

Il est parti, robuste et
serein vers le ciel, 
Sans crainte du lendemain. Avec des yeux parsemés de chagrin. La vie fut pour lui remplie de labeurs. Mais il a travaillé avec toute son ardeur A répandre dans sa famille, frères et soeurs Le renoncement qui mène au bonheur. Le coeur brisé d'amour
Nous le reverrons un jour Pourquoi pleurer? Puisqu'il y a l'éternité.

Claude Girard; 17 juin 1938 / 3 janvier 2014

 

 

Les 5 rites tibétains 

 

Les cinq tibétains est une compilation de cinq exercices de yoga.

La pratique régulière des cinq tibétains améliore la respiration et la digestion,

profite au système cardio-respiratoire,

soulage la tension musculaire et dissipe le stress,

de plus elle procure une détente et un bien-être profonds.

 

Cours donné par Nicole Chenard

 mercredi matin de 9:30H à 10:30H

Coût: 4,00$ (membre)

5,00$ (non-membre)